Hansel et Gretel    
 
page 3

Peu de temps après, la misère s'étant de nouveau répandue dans toute la contrée. Les enfants entendaient de nouveau comment la mère, la nuit dans son lit, parlait à son mari : "Tout est de nouveau précaire, nous n'avons plus qu'une demi miche de pain. Toute chanson a une fin. Nous devons nous séparer des enfants, nous devons les emmener plus loin dans la forêt afin qu'ils ne puissent plus retrouver le chemin du retour ; nous n'avons plus le choix." L'homme se sentit bouleversé et il pensa : Ce serait mieux que tu partages les dernières bouchées avec tes enfants. Mais la femme ne prêtait aucune attention à ses paroles, elle fit tout pour qu'il change d'idée. Elle lui fit des reproches. Qui dit oui une fois doit le dire deux fois, et s'il s'est rendu une fois il se rendra à nouveau.

Tandis que les parents dormaient, Jeannot se leva de nouveau, et voulut sortir pour ramasser des graviers comme la fois précédente mais la femme avait fermé la porte à clé et Jeannot ne put sortir. Il rassura sa soeur et lui dit : "Ne pleure pas Margot, dors tranquillement, le Bon Dieu nous viendra en aide !"

Tôt le matin, la femme vint tirer les enfants du lit. Ils reçurent leur morceau de pain qui était encore plus petit que la fois précédente. En cheminant, Jeannot le brisait dans sa poche, s'arrêtait et jetait une miette sur le sol. "Jeannot ! pourquoi t'arrêtes-tu et regardes-tu autour de toi ? l'interpellait le père, avance !" "Je regarde ma colombe qui se tient sur le toit et me fait au revoir" répondit Jeannot. "Idiot dit la femme, ce n'est pas ta colombe, c'est le soleil qui se lève et qui brille sur la cheminée." Mais Jeannot continuait à jeter ses miettes sur le chemin.