Hansel et Gretel    
 
page 1

Dans une grande forêt vivaient un pauvre bûcheron, son épouse et ses deux enfants ; le garçon s'appelait Jeannot et la jeune fille Margot. Il avait peu à manger et à partager, et lorsque les prix s'envolèrent dans le pays, il ne put plus ramener le pain quotidien. Alors qu'il faisait sa prière du soir en cherchant une solution à ses problèmes, il soupira et parla à sa femme : "Qu'allons nous devenir ? Comment pourrions nous nourrir nos pauvres enfants alors que nous n'avons pour nous mêmes plus rien ?" "Sais-tu quoi mon époux ? répondit la femme, nous conduirons tôt demain les enfants dans la forêt, là où elle est la plus dense. Nous y ferons du feu et nous donnerons à chacun un morceau de pain, et puis nous irons travailler en les laissant seuls. Ils ne trouveront plus le chemin de la maison et nous en serons débarrassés." "Non femme, dit l'homme, je ne ferai jamais cela ; comment pourrais-je supporter de laisser mes enfants seuls dans la forêt ! Les bêtes sauvages les dévoreraient aussitôt." "Oh fou ! dit-elle, alors, nous devrions tous les quatre mourir de faim, tu n'aurais plus qu'à nous façonner nos cercueils, et elle ne le laissa plus tranquille jusqu'à ce qu'il se décidât." "Mais les pauvres enfants me manqueront aussi", dit l'homme. Cependant les deux enfants qui ne s'étaient pas endormis, du fait de leur manque de nourriture, avaient entendu ce que leur belle-mère racontait à leur père. Margot pleurait des larmes amères et dit à Jeannot : "Que nous advient-il ?" "Calme toi Margot dit Jeannot, ne t'inquiète pas, je vais nous en tirer." Et alors que les parents dormaient, il se leva, enfila sa camisole, ouvrit la sous-porte puis se faufila dehors. La lune brillait de tous ses rayons, et les graviers qui jonchaient le devant de la maison scintillaient commme une multitude de Batzen. Jeannot se pencha et en enfouit dans ses poches autant qu'elles pouvaient en contenir jusqu'à en déborder. Puis il rentra et dit à Margot : "Sois rassurée ma chère soeur et endors toi en paix, Dieu ne nous laissera pas tomber." Puis il s'allongea dans son lit.